phcom - business development
login

Please register

Remember me
Learning blog
Stéphane Depaepe

La marketing stratégique avec le Deep Track ™

Par Stéphane Depaepe, le 27.04.2017
La marketing stratégique avec le Deep Track ™

Spécialiste en développement commercial, PHCom intègre donc les choix marketing avec les approche de vente.

Le marketing stratégique d’une activité en Business to Business pourrait se résumer en 3 Points

  1. Quels marchés cibler
  2. Quels messages mettre en avant
  3. Quels moyens de communication utiliser

En somme, par quelles voies communiquer un message pertinent aux prospects - à priori - les plus intéressants.

PHcom a opté pour la solution DeepTrack™ de Claude DE GEYNST.
Elle est le fruit de plusieurs années de développement, en étroite collaboration avec des entrepreneurs de tous horizons.

L’expérience de Claude a été acquise pour le compte de grandes entreprises locales et mondiales.
Son savoir-faire et son talent d’entrepreneur-innovateur, rare sur le marché de la consultance marketing, communication et vente pour les PME, ont rendu possible la mise en pratique d’une suite d’outils.

Cette suite déployée en méthode est spécifiquement adaptée aux réalités et moyens des PME.
Elle leur permet de savoir comment se démarquer sur leur marché et mettre leurs concurrents hors-jeu.

C’est donc une remise sur les bons rails (la voie profonde), de votre entreprise.
La clé de réflexion : Rendre votre entreprise UNIQUE - DESIRABLE - VISIBLE

Prêt pour y réfléchir ?

Posté dans Business Development - Télémarketing - Development Center - Call Center - Bruxelles
Vous pouvez télécharger cet article
Stéphane Depaepe

Transformer un rendez-vous de prospection en vente

Par Stéphane Depaepe, le 24.04.2017

L’issue positive du cold calling en business to business est un rendez-vous organisé tel jour, telle heure avec telle personne dans tel cadre. 

Contrairement au demandes de rendez-vous entrantes (merci le marketing ou les relations publiques), les premiers rendez-vous ont souvent pour objectif une présentation. 

Or si une rencontre btob est organisée c’est qu’il y a eu un intérêt dès l’appel téléphonique. C’est le rôle du commercial de transformer ce premier intérêt en un besoin exprimé de manière plus concrète.(voir notre news à ce sujet : ici)

Identifier les difficultés qu’il rencontre ou ses envies profondes demandent donc une approche commerciale différente. On n’aborde pas un nouveau prospect de la même manière et avec les mêmes objectifs intermédiaires qu’une relation d’affaires bien établie. 

Nous parlons en interne de transformer un rendez-vous de présentation en rendez-vous de challenge (where pains and/or needs are identified). 

L’écoute active, la vraie, celle orientée client, est la clé de la réussite à ce niveau. Etre authentique face à son futur client lui donnera envie de se découvrir d’autant plus aisément que votre volonté n’est pas de vendre, mais bien de trouver une solution à son problème, à son besoin . 

L’enjeu devient alors pour le commercial de passer du « Challenge » à la « Compétition » ; c’est à dire pourvoir remettre une offre à son prospect dans de bonnes conditions. Il faudra donner certaines informations, en recueillir d’autres. Avancer pas à pas. 

Vous voulez définir le bon trajet de vente en prospection pure… je vous invite à prendre contact avec nous (50% de subsides possibles).

 

A lire aussi : Obtenir plus de leads

Posté dans Business Development - Télémarketing - Development Center - Call Center - Bruxelles
Vous pouvez télécharger cet article
Nadia Ben Jelloun

Réussir la relance téléphonique d'invitations

Par Nadia Ben Jelloun, le 14.04.2017

phcomLa saison est venue pour inviter clients et prospects à découvrir vos nouveautés.

Vous organisez un lancement de produit, une présentation de vos services, une session découverte, un séminaire, une conférence, un congrès, un road show … et vous envisagez d’insérer dans votre campagne d’invitation une relance téléphonique.

Voici quelques conseils pour réussir vos invitations par téléphone:  

  • Elaboration du fichier de prospection : choisir les sociétés qui seront relancées avec beaucoup ou peu d’insistance. C’est rarement utile de relancer les 2.000 mails que vous allez envoyer.
  • Choix du timing des appels : 6 à 8 semaines en moyenne. Parfois plus de 6 mois, rarement moins de 4 semaines.
  • Profil des personnes qui vous représenteront : doivent-elles maîtriser vos services ou plutôt assurer une bonne productivité des appels ? 
  • Élaboration du script : profiter de l’occasion pour collecter des informations de qualification peut être utile mais risque de nuire à la masse de contacts que vous voudriez toucher. 
  • Distinguer les prospects sur lesquels investir du temps ou non : soit laisser un message sur le voice mail ou via la secrétaire, soit insister. 
  • Coordonner la communication : la relance téléphonique s’insère dans une campagne de communication comprenant e-mailing, courrier, activation des réseaux sociaux… assurez-vous que le message soit transversal et colle à l’actualité 
  • Reconfirmer quelques jours avant peut être utile. Le nombre de no-show varie de 30 à 70% selon le niveau de relation pré-existant à votre invitation.

 Une technique pour pousser positivement la venue : poser 3 questions après une courte présentation :

  1. Le produit ou service vous intéresse ?
  2. Pourriez-vous l’utiliser ?
  3. Ok pour le découvrir, se voir, tester… ?

Bien sûr l’attrait d’un cadeau ou d’un bon buffet fonctionne toujours mais…serez-vous sûr de rencontrer la bonne personne d’une société vraiment intéressante ??? 

Un dernier conseil : pensez d’emblée à « l’après » : rappeler les présents, les absents, ceux qui ont décliné. L’événement fait partie du communication-mix de l’entreprise, chaque contact est un point commercial gagné.

Posté dans Business Development - Télémarketing - Development Center - Call Center - Bruxelles
Vous pouvez télécharger cet article
Stéphane Depaepe

Changement pour les subsides en région wallonne: Excellence Opérationnelle

Par Stéphane Depaepe, le 16.03.2017

Plus rapide, plus simple, les demandes se font en ligne: www.chèquesentreprise.be

Votre entreprise occupe moins de 250 personnes et a un chiffre annuel inférieur à 50 millions d’euros ou un total de bilan n’excédant pas 43 millions d’euros?

La Région wallonne finance la prestation à hauteur de 50% (normal) à 75% des coûts (si c'est une microentreprise, un starter ou une entreprise en trajectoire de croissance), sur base de 750 € / jour.

Le niveau des prestations maximum autorisées:

  • 20.000 € (sur 12 mois): formations à la pratique et aux méthodes pour atteindre l’excellence opérationnelle
  • 20.000€ (sur 12 mois) Améliorer et développer ses performances commerciales et marketing
  • 20.000€ (sur 12 mois) Développer une différenciation significative de ses produits et services
  • 30.000 € (sur 6 mois): audit des processus opérationnels de l'entreprise et un plan de mise en œuvre des actions d’amélioration
  • 60.000 € (sur 24 mois): mise en œuvre d’un plan d’actions pour atteindre l’excellence opérationnelle

Comment faire:

  1. Enregistrement sur la plateforme www.cheques-entreprises.be,
  2. Etablissement d'une convention de prestation avec PHCom (PH Commercial Services)
  3. Validation de la demande (examen de recevabilité de la demande) dans les 5 jours ouvrés
  4. Paiement de la quote-part et création d'un chèque électronique dans votre portefeuille sur la plateforme web.
  5. Prestation réalisée dans le délai imparti.
  6. Paiement de la prestation par la région à PHCom à la fin de la mission sur base de la facture validée par le client et d'un rapport de prestation via la plateforme www.cheques-entreprises.be.
  7. Le client paye la TVA directement à PHCom.

Faisons simple...faisons le !

Posté dans Business Development - Télémarketing - Development Center - Call Center - Bruxelles
Vous pouvez télécharger cet article
Stéphane Depaepe

Prospecter de manière efficiente plutôt qu’efficace

Par Stéphane Depaepe, le 09.03.2017
Prospecter de manière efficiente plutôt qu’efficace

L’efficience dans la prospection en business to business tient compte des efforts mis en oeuvre pour atteindre les objectifs.

L’efficacité est la capacité à atteindre les objectifs.

Ainsi, pour assurer le développement commercial de votre entreprise, être efficace peut s’évaluer par le taux de pénétration : le rapport entre le nombre de sociétés dans lesquelles un rendez-vous est pris et le nombre de sociétés dans lesquelles un entretien effectif (ou entretien argumenté) a eu lieu.

Sur une courte période on peut estimer qu’un taux de pénétration de 15% est raisonnable. Avec le temps et la gestion efficace du parc de prospect, ce taux peut monter à 25, 30 % à un an, 50% après 2 ans.

Il est possible d’arriver à plus de 80% en disposant d’une bonne offre et d’un bon fichier. Demandez nous des exemples.

L’efficience en prospection dépendra de la capacité à obtenir des résultats avec le moindre effort: que la bonne offre soit présentée avec clarté et conviction, de manière adaptée à l’entreprise et la personne approchée.

Le taux de transformation en est l’indicateur: le ratio entre les rendez-vous organisés et les appels réalisés avec le bon interlocuteur (celui faisant partie du processus décisionnel).

Le taux moyen chez phcom - qui ne fait que de la prospection en business to business et généralement vers des entreprises de plus de 25 personnes - est de 11%. Il varie selon divers facteurs :

  • les personnes qui prospectent, leur capacité à établir une discussion avec le bon interlocuteur
  • l’adéquation de l’offre des clients que nous représentons aux marchés prospectés
  • l’identification rapide d’une entreprise intéressante; sur fichier ou via un premier appel au niveau de la réception ou d’un(e) assistant(e)

En prospection comme pour la prise des châteaux forts, il vaut mieux gagner sans devoir activer une politique de terres brûlées. La suite de l’histoire n’en est que plus agréable.

Posté dans Prospecting Efficiency - Télémarketing - Development Center - Call Center - Bruxelles
Vous pouvez télécharger cet article
bruxelles capitale cheques entreprises kmo portefeuille